Utiliser la littérature en classe d’alphabétisation, un bon moyen de donner confiance

La littérature est inenvisageable pour les personnes qui ne savent ni lire ni écrire en français. Pour eux, il s’agit bien souvent d’un objet réservé aux intellectuels.

La littérature c’est pour tout le monde.

Pourquoi utiliser la littérature en classe d’alphabétisation ?

C’est vrai qu’a priori la littérature leur sera inutile au quotidien et que les formations durent peu de temps et ce temps est précieux.

Je suis bien d’accord avec cela, c’est pourquoi le texte choisi permettra de travailler des savoirs de base tout en désacralisant la littérature.

Cette activité s’inscrit dans un projet de classe ou de centre : Le printemps des Poètes – Réaliser une exposition, des œuvres littéraires créées par les apprenants, destinée aux familles, amis, partenaires sociaux, municipalité, …

Et la classe d’alphabétisation ne sera pas isolée.

 

Niveau : Alphabétisation – convient mieux aux personnes ayant un niveau A2 à l’oral, mais peut fonctionner en groupe avec des niveaux différents grâce à l’entraide.

Tous les apprenants ne sont pas obligés de faire toutes les étapes. À chaque enseignant de voir ce qu’il est possible de faire avec sa classe.

Objectifs communicatifs :

– dire et écrire son nom et prénom   Littérature en classe d'alphabétisation

– dire et écrire son adresse

– donner et écrire son numéro de téléphone

– savoir se repérer dans un annuaire téléphonique et savoir l’utiliser

Objectifs grammaticaux :

– verbes « être », « avoir », « s’appeler » et « habiter »

– prépositions « à » et « en »

Objectifs lexicaux :

– reconnaissance et discrimination visuelle de mots

– les abréviations des différents types de voie

Objectifs culturels :

– découvrir un artiste : André Breton et un courant littéraire : le surréalisme

– réaliser une œuvre à la manière d’André Breton

Objectifs confiance en soi et motivation :

– être capable de travailler sur une œuvre littéraire

– être capable d’imiter une œuvre littéraire

Matériel :

– le poème « PSTT » tiré du recueil Clair de terre d’André Breton

– la copie de l’annuaire de l’époque utilisé par André Breton

– un ou deux annuaires téléphoniques papier

 

Étape 1 – Révision

J’écris : individuellement, les apprenants remplissent un formulaire d’identification.

 

remplir un formulaire d'identification

Télécharger le PDF

 

Je communique : individuellement, les apprenants se présentent et donnent leur adresse et leur numéro de téléphone.

Je transcris : par groupe de deux, ils notent les numéros de téléphone entendus.

 

Étape 2 – Découverte du document

J’observe : individuellement ou en groupe, ils observent le poème d’André Breton et émettent des hypothèses sur le type de document.

On aura caché le titre et la signature du poème.

Les hypothèses sont notées au tableau en attente de validation.

Télécharger le PDF

 

 

Étape 3 – Discrimination visuelle

J’observe, je compare : individuellement, ils comparent le poème et l’extrait de la Liste officielle des Abonnés aux réseaux téléphoniques de la Région de Paris (Seine, Seine-et-Marne et Seine-et-Oise), 1917, p.70

Ils surlignent les passages supprimés et/ou modifiés.

Télécharger le PDF

 

J’interagis : par groupe de deux ou de trois, ils vérifient leurs réponses.

 

Étape 4 – Vérification des hypothèses

J’observe, je communique : pour les aiguiller vers la bonne réponse, on peut leur montrer un extrait de l’annuaire actuel : les Breton dans le 12° arrondissement de Paris.

 

littérature pour la classe d'alphabétisation

 

Avec cette aide, ils arrivent à trouver assez facilement qu’il s’agit d’un répertoire/annuaire téléphonique.

À la différence que les numéros de téléphones ont aujourd’hui 10 chiffres et sont placés à la fin, que les indicatifs en toutes lettres (Neuilly, Nord, …) ont disparu et que les métiers ne sont référencés que dans les Pages Jaunes : annuaires des professionnels.

 

J’observe, j’écris : travail sur les abréviations repérer dans les différents documents.

r. = r = rue

bd = boulevard

av. = avenue

q. = quai

Je regarde, je comprends : quelle est la différence entre ces voies ?


Étape 5 – Différence entre les deux documents

L’enseignant met l’accent sur le titre et la signature du poème, afin de faire comprendre aux apprenants qu’il s’agit d’un poème ou du moins un texte littéraire.

 

En fonction du niveau oral des apprenants, il est possible de présenter l’auteur et de parler du poème.

Comme ils auront pu le constater, le poème est une reproduction d’un texte existant auquel quelques modifications ont été faites de façon réfléchie.

Par exemple,

  • la suppression des lignes a permis d’en garder 20, comme le nombre d’arrondissements parisiens;
  • la suppression des deux premières lignes permet au poème de débuter avec l’expression « vacherie modèle » qui renvoie à Breton pour les vaches bretonnes (espèce de vache);
  • l’ajout du titre qui donne au texte un caractère littéraire;
  • l’ajout de sa signature insistant sur sa paternité de l’œuvre, se trouvant dans un recueil déjà signé.

 

D’autres questions plus complexes pourraient être traitées avec des apprenants FLE de niveaux B2-C1-C2 :

  • Ce texte relève-t-il du plagiat ?
  • Ce texte publié comme un poème participe d’un mouvement de déstabilisation de l’écriture et des valeurs culturelles historiquement datées […].
  • Malgré l’absence du « je », ce poème n’est-il pas une œuvre narcissique ?

 

Toutes ces explications et questionnement sont tirés du livre Entrées en littérature de Jean-Pierre Goldenstein.

 

Étape 6 – La recherche alphabétique

Je lis : les apprenants cherchent leur nom dans un annuaire téléphonique.

Il s’agit ici d’une tâche finale. Dans les séances précédentes, les apprenants ont appris l’alphabet, l’ordre des lettres, la combinaison de lettres et la mise en ordre alphabétique des mots (exemple: bac, bal, banc, …), ils ont déjà recherché des mots dans un dictionnaire.

 

Étape 7 – La création

Je crée, j’écris : ils choisissent dans cette liste deux, trois ou quatre personnes dont ils recopient le nom, le prénom, l’adresse et le numéro de téléphone. Ils doivent ajouter au début, au milieu ou à la fin leurs données personnelles.

 

Facultatif

Étape 7 bis – L’informatique

Si le centre a pour objectif de former ses stagiaires aux savoirs de base informatiques, il serait possible pour les apprenants de taper leur écrit sur l’ordinateur.

 

Étape 8 – Réalisation finale

S’il s’agit de faire une œuvre collective pour la classe d’alphabétisation.

On peut classer les noms de la classe par ordre alphabétique et coller les textes de chacun dans l’ordre sur un panneau.

Collectivement, on choisit un titre pour ce poème et chaque apprenant appose son nom et son prénom entre parenthèse au bas du panneau.

 

Voilà, la littérature en classe d’alphabétisation, c’est possible !

 

Agir en Français – Enseigner et Apprendre le français langue étrangère

4 commentaires sur “Utiliser la littérature en classe d’alphabétisation, un bon moyen de donner confiance”

N'hésitez pas à laisser un commentaire, ajouter une idée, poser une question ! Réponse garantie !